Anti-nuclear campaigners routinely harassed and surveilled at Bure, the site of the resistance to Geological Disposal in France

Page 1

From Reporterre (translated by Google)

“In June 2019, the Human Rights League was worried about“Harassment” against opponents of the project, reinforced by the practice of countless identity checks on the roads near the Andra laboratory, numerous vehicle searches, as well as seen by gendarmes at any point.According to M e Matteo Bonaglia, one of the lawyers for the examination, “we observe an almost colonial network of territory, a diversion of judicial tools for the purpose of surveillance and obstruction of opponents of the project landfill of nuclear waste. It became almost impossible to fight and express opinions on the spot without being caught in the mesh of this net ” . 

ALL THE INFOHome> Editorial> Survey>1/3 – Justice has massively monitored them. anti-nuclear activists from Bure Reading time: 28 minutes April 27, 2020 / Marie Barbier (Reporterre) and Jade Lindgaard(Mediapart)


Page 2

Dozens of people tapped,a thousand retranscribed discussions, more than 85,000 conversations and intercepted messages,more than 16 years of cumulative monitoring timetelephone: judicial information opened inJuly 2017 is a disproportionate machine of intelligence on the anti-nuclear movement from this Meuse village, according to the documents consulted by Reporterre and Mediapart. Faces caught in a web of arrows and diagrams. Under each photo: date and place ofbirth, nickname, organization. Individuals aregrouped into “clans” , linked to places and ratings of the instruction file. Some faces are magnified, others reduced to the size of a pinhead. Some people


Page 3

are entitled to a photo, others appear in a pictogram – blue for men, fuchsia pink for the women.This diagram was produced by the criminal analysis unit Anacrim of the national gendarmerie. His software, Analyst’snotebook, allows to visualize the links between people via their phone numbers, places, events. This technique is usually used to solve particularly serious crimes: it has recently emerged the Gregory of Darkness case and is currently used in the investigation of the multi-recidivist killer Nordahl Lelandais .Examining magistrate Kévin le Fur used it to dissect the organization of the opposition movement toCigeo , the radioactive waste landfill centerplanned next to the village of Bure, in the Meuse. Provided for go into operation in 2035, it’s one of the biggest industrial equipment in project today in France, and a very sensitive project for the nuclear industry. The Anacrim regimen appears in the information folder court for criminal association, where ten activists antinuclear are under investigation for various reasons in link with degradations committed in a hotel and the organization of an undeclared event in August2017. Subject to strict judicial control, the examination are prohibited from seeing each other, talking to each other and even be in the same room. In the Bure case, Anacrim produced a total of fourteen diagrams on the “role and involvement” of people and the interactions between the collectives and the associations. This method marks the instruction of its footprint. Seven people, among the ten indicted,are for criminal association, but 118 individuals 


Page 4

are on file in the gendarmes’ organization chartinstruction file.<img src = ‘IMG /png / organizational chart_modif_ok.png ‘width =’ 700 ‘height =’ 492 ‘alt = ” />Image of the type of those established by Anacrim software representing the organization of theanti-Cigeo movement in Bure.From the first days of the investigation, the gendarmes worry about ”   designs activists’ criminals Dozens of people tapped, more than one thousand retranscribed discussions, tens of thousands intercepted conversations and messages, over fifteen years of cumulative telephone interception time:the judicial information opened in July 2017 looks likea real movement intelligence machine Bure antinuclear, according to the investigation file that have consulted Reporterre and Mediapart , and whose Liberation had unveiled some of the content in November 2018 . A extraordinary investigation, extremely intrusive and focused on surveillance of political activists that justice seems consider enemies of democracy. 


Page 5

What facts triggered the authorization of a collection alsomassive data? On June 21, 2017 in the early morning, a thirty people approach the laboratory National Agency for Radioactive Waste Management(Andra), responsible for creating the landfill center for radioactive waste, and build up a barrage of tires and flaming boards nearby, between the villages of Bureand Saudron. Then “five to seven individuals” , depending on investigators, faces hidden, go to Le Bindeuil. This hotel located in the countryside, opposite the laboratory, isalmost exclusively occupied by gendarmes and professionals linked to the landfill project. He is for this reason identified by activists as a milestone in the nuclearization of this territory. At Bindeuil, the small groupbreaks windows of the establishment, knocks chairs over the terrace, and enters the building, while customers and staff sleep there. Glasses and alcohol bottles are broken. Hydrocarbons are sprayed near the elevator and counter, causing two outbreaks of fire. The small group comes out after five minutes. The chef from Le Bindeuil rushes out andextinguish the flames. No one is hurt. Of the twelve customers present at the hotel that evening, only three complained (including two without being a civil party), despite the numerous reminders from investigators. 


Page 6

<img src = ‘IMG / jpg / ho_tel_le_bindeuil-lindgaard_v_1.jpg’width = ‘700’ height = ‘525’ alt = ” />Le Bindeuil, a hotel located in the countryside, opposite the Andra laboratory. Judicial information, entrusted to an investigating judge,is opened on July 28, 2017. It is subsequently extended todegradations committed in February 2017 againstthe library, a sample libraryenvironmental created by Andra near the laboratory,as well as the organization of an undeclared event, theAugust 15, 2017, which turns into a confrontation between activists andlaw enforcement. Molotov cocktails and stonesfly. Gendarmes are injured and a protester mutilated at the foot by a grenade. The indicted are for different reasons from each other: participation in a crowd after summons, participation in a criminal association for the preparation of a offense punishable by five or ten years imprisonment, detention 


Page 7

(or complicity) in an organized gang of incendiary product, damage to the property of others by dangerous means, concealment of property from aggravated theft, violence volunteer in a meeting.From the first days of the investigation, the gendarmes are concerned about “criminal designs” unrelated to the“Legitimate challenge in a democratic state” of activists implicated. “These actions can no longer be considered a social and societal challenge legitimate “ nor ” as a form of opposition democratic ” , they write in a report, theJuly 27, 2017. According to them, “some of the opponents deliberately choose a violent path. They attack each other property associated with contested projects, but sometimes also to people working for the development of these industrial installations and at the same time against security forces ” . In the eyes of the investigators, “opponents criminalize themselves ” .Part of the seals is sent to the Anti-Fraud Officeterrorist, a gendarmerie unit responsible for prevention and punishment of acts of terrorism.The cumulative amount of time spent listening to activists is equivalent to … over sixteen years


Page 8

<imgsrc = “IMG / png / infog-16_anne_es_d_e_coutes_v_1.png”width = “418” height = “266” alt = “”>To measure the surveillance of activists fromBure and their entourage, Reporterre and Mediapart haveassessed the resources deployed by the gendarmerie and the justice systemin their mission. Nearly 765 telephone numbers haveis the subject of requests for identity verification fromtelephone operators. At least 200 other requests have been made to know the call histories, their places of issue, the bank details of the holders subscription, PUK codes to unlock aphone when you don’t know your PIN. 


Page 9

<imgsrc = “IMG / png / infog-29_personnes_v_1.png” width = “418”height = “279” alt = “”>A total of 29 people and places were tapped.Two activists were targeted by these interceptions during 330 days, almost a year. For several others put examination, it lasts almost eight months. The number of the“Legal team” , the collective of legal assistance ofactivists, was monitored for four months. The phone used by activists taking turns on one of the barricades Lejuc wood, then partly occupied to prevent preparatory work for Cigeo, was listened to for almost nine months. Several people, ultimately not prosecuted, have had their conversations intercepted for at least four months and for one of them on multiple devices.For the association Bure Zone Libre, domiciled at the House of resistance, the place of collective life and meetings anti-Cigeo history, the tapping lasted at least a year. At the request of the investigating judge, the commissions technical rogatory after order to always authorize more listening time. 


Page 10

<img src = ‘IMG / jpg / bure-maison_de_la_re_sistance-nov_2017-gauthier_v_1.jpg ‘width =’ 700 ‘height =’ 467 ‘alt =’ ‘/>A house of opponents of Mandres, not far from Bure, which was also searched.According to M e Raphaël Kempf, one of the lawyers for the exam :Listening for so long is proof that we are not not in conventional criminal court proceedings intended to collect evidence of the crimes, but that the means of the law and criminal procedure in order to make intelligence, which is political in nature. “If we add up all these sequences, we get acumulative time spent listening to activists equivalent to more than sixteen years! According to the trials most of these people were heard permanently by a team of gendarmes taking turns behind their screens. In total, more than 85,000 conversationsand messages were intercepted, according to our estimates. Andno less than 337 conversations were transcribed on 


Page 11

minutes, plus some 800 messagesreproduced by the Technical Assistance Center (CTA).<imgsrc = “IMG / png / info-85000_e_coutes_v_1.png” width = “418”height = “279” alt = “”>Are these means proportionate to the crimes being prosecuted?Joined by Reporterre and Mediapart , Olivier Glady, prosecutorof the Republic of Bar-le-Duc replies: “I cannot answer that. It is a dossier that makes about fifteen volumes. You have other types of files (traffic of vehicles or narcotics) which are roughly equivalents, I’m not sure that the proportionality of investigations either simply relate to such a number you give it to me. “During those countless hours spent listening to militants, the gendarmes tracked the clues, sometimes tiny, responsibilities of each other in the organization of the dispute. These are two cultures which,behind closed doors of a judicial investigation, seem to confront each other from a distance. On the one hand, the gendarmes. The other,anti-nuclear, libertarian culture, who refuse the hierarchy and formal assignments to roles. 


Page 12

Inevitably, the vision of the gendarmes stumbles on the spontaneous and horizontal practices of regulars of the House of resistance. This old farm in Bure has bought in 2004 by anti-nuclear activists for create a place of struggle. It has become a place of life collective where we come to sleep on the occasion of a gathering, gathering, working, cooking, partying.The investigators are trying to counter the vagueness created by this self-organization by sticking to actions described by people listened to specific responsibilities. Example, August 24 at 5:59 p.m. F., tapped,declares: “For checks, ask J.” .Immediate conclusion of the gendarmes: “Role of J. astreasurer “.Another example, one of the indictments calls “inaverage the House of resistance twice every threedays “ ? This “shows his constant involvement in thelife of [association] Bure zone libre ” .Or, on September 14, 2017, an activist askedG. if it can put “brochures in link” . ” Yes completely if you want, link the brochures,yeah . ” “The interception of the mobile line made it possible to establish his access in administrator mode to the site where he publishes and publishes articles, sometimes controversial “ , conclude the investigators. On several occasions, activists’ conversations with journalists are transcribed and considered as dependent elements. On August 22, 2017, at 1:23 p.m., a journalistof Canal Sud Toulouse calls an activist who presents himself like “John de Bure” . The latter recounts the events of June 21 at Le Bindeuil: “Part of the people decided to go uh to go to the restaurant.Who … who was suddenly the subject of an action where windows were 


Page 13

been smashed and the restaurant was overrun. » Analysis ofgendarmes: the activist “claims harm” …Same scenario on November 8, 2018: a journalist Japanese calls the House of Resistance, an activist tells of the restaurant’s destruction by fire.And the gendarmes note: M. “claims the facts committed on June 21, 2017 at the Hôtel du Bindeuil ” . It will be put inreview with this conversation as the main element tocharge.Contact details and names of several journalists (from the EastRepublican , World , Reporterre and Mediapart ,including) covering Bure’s movement are included inthe investigation file. At least nine phone lines,including that of antiCigeo lawyer, Etienne Ambroselli ,since also indicted, are the subject of a request of geolocation. Two activist cars are discreetly equipped with a tag to follow their journeys in real time.<img src = ‘IMG / jpg /


Page 14

avocados_ensemble_et_ambroselli_v_0.jpg ‘width =’ 1000 ‘height = ‘667’ alt = ” />Étienne Ambroselli and his lawyers before the Bar-le-Duc court, Monday June 25, 2018.Signal messaging, an application that allows encryption communications, is locked with a password on the phone from an indictment? The device – as well assix USB keys and a laptop – is sent to Technical Assistance Center (CTA), an organizationinterdepartmental specialized in data decryptiondigital. Investigating judges often use itfor narcotics cases. Its technical tools andmeans are covered by secret defense. CTA succeedscrack the activist’s password and return something800 messages “cleared up” to investigators. They areimmediately placed in the investigation file.In this surveillance operation, everything wasauthorized by justiceFebruary 13, 2018, according to the elements consulted byReporterre and Mediapart , near the Bar-le- courtDuke, gendarmes hid for seven hoursseveral IMSI-catchers , monitoring devices thatremotely retrieve the identifiers of the SIM cards (the“IMSI” ) in mobile phones. They can also intercept communications without any speaker realizes it.That day, three men stand trial for charges linked to the opposition movement to Cigeo . A few dozen activists came to support them on the cobbled square which extends to the foot of the court. While Kevin the Fur presides over the hearing – as he is sometimes customary in this small court -, while the lawyers plead, that the accused defend themselves, that the prosecutor demands that outside spices in fuse winehot and the sandwiches are being prepared, 977 IMSI are 


Page 15

secretly snapped up by the gendarmerie. The sensors, which trap phones by masquerading as relay antennas, were concealed in the Council parking lot departmental, very close, and in several places around of the court. Almost a thousand people come without know how to get into “a database” of the gendarmerie. In this surveillance operation, everything was authorized by Justice. A rogatory commission for data collection techniques was issued by the examining magistrate. In his prescription, Kévin le Fur justifies the use of IMSI-catcher by frequent changes of phones and activists’ telephone numbers: “Whereas it results from investigations that the protagonists implicated have use of different communication devices electronic which cannot be apprehended in a way exhaustive in the context of requisitions from telephone operators, particularly with regard to mobility of the various respondents and the increasing recourseto ad hoc telephone lines “ .The next morning, the spy operation resumes at 63:15 a.m. near the House of Resistance, the HQ ofantiCigeo, in Bure, where some have spent the night. The goal is“To intercept the technical data of opponents toCigeo ” according to a report. This time, the gendarmescollect 51 IMSI. Of the 1,028 IMSIs intercepted in twodays, only five numbers are formally identified bythe gendarmes. The other 1,025 telephone identifier sjoin the pantagruelic instruction file. A month later, the gendarmes left again for the hunt for telephone identifiers, this time toMandres-en-Barrois and Bure, where a meeting is to be held antinuclear. On March 2 and 3, 2018, an IMSI-catcher is used to record identifiers 


Page 16

telephone numbers of those present. This time, the investigating judge in his order considers necessaryto “clarify the relationships between the differentprotagonists “ . No less than 455 boxes and 455 cardsSIM are registered without having been locatedon the facts complained of, as recognized by theinvestigators themselves, in a report consulted byMediapart and Reporterre . Only eight SIM cards areidentified in connection with the Bindeuil fire.The judicial police officer who writes the minutesinvestigative specifies that “the telephone lines havingis the subject of a recording, but having no link with thefacts of this instruction, will be subject to afurther exploitation “ . The instruction for association ofBure’s criminals has it become a business ofintelligence on a political movement? ” I do not havecomments on what could beperipheral , reacts the prosecutor Olivier Glady. Theinformation, everything that is listened to, is available inthe procedure for lawyers, especially those who havetapped. “Yet the “peripheral” is the subject of attention particular from the Bar-le-Duc prosecutor. The October 12, 2017, after the opening of the informationjudicial, it transmits telephone coordinatescollected as part of the Bure procedure to managementgeneral of the gendarmerie. A coordination unitCNC-LEX was established “with regard toof the occurrence of various facts in the territory “ , as the summarizes the head of the Bure cell, which has sinceless than 2016 gendarmes investigating opponents ofCigeo.As part of a letter rogatory issued byKévin le Fur, 38 issues – some of which were caught by 


Page 17

IMSI-catchers in Bure – face other stelephone identifiers recovered by the gendarmes in other proceedings “including the nature of the facts or the operating mode is similar, “ says the police officer court responsible for comparing data:fire at a police station in Limoges, arelay antenna in Puy-de-Dôme, from one vehicle toGaillac, destruction of a property in Grenoble… The objective is“To establish possible links between the facts of Bure and the other facts listed above, “ said an investigator.In Bure and in the surrounding villages, life daily dozens of people is scrutinized in every detail<img src = ‘IMG / jpg /patrouille_de_gendarmerie_autour_de_bure-goument-mai_2019_v_1.jpg ‘width =’ 700 ‘height =’ 467 ‘alt =’ ‘/>The police patrols are incessant in Bure and its surroundings. Here in May 2019.


Page 18

Two telephone numbers are extracted from the lot because sharing a “correspondent” common to two acts in tutorial. The magistrates in charge of these cases investigated in the context of other judicial information with no apparent link to Bure, authorize the implementation judicial reconciliation software and the use of Anacrim relational schema software, to searchof “links interprocéduraux” . Result: “many links are noted “ between opponents of Cigeo, ” the identified members of the area to be defended “ – we are fifteen days before the evacuation of the Zad de Notre-Dame-des-Landes – and the House of Resistance.On March 27, 2018, Olivier Glady accepts, at the request ofKevin the Fur, to transmit the instruction file of Bureto the Black Bloc special committee ( “Soko SchwarzerBlock “ ) of the Hamburg police, who are investigating degradations committed in July 2017 during the anti-G20.“The investigations undertaken by the German authorities identified that among the thugs were present opponents of the Cigeo project “ notes an officer from judicial police of the Bure cell. An indicted and his companion were photographed on a city streetport. During his police custody, he was surprised to see German police come to ask him questions for their own investigation into actions against the G20 in 2017. The months of continuous listening, the Anacrim schemes and thephone number database buildingdo they serve to elucidate the facts prosecuted? “A number of the offenses which are covered in the referral to the investigating judge, in particular the association ofcriminals, demand in the possible elucidation of thecharacterization of this offense, that are highlightedthe relationships that exist between each other , respondsOlivier Glady. Just like when you dismantle


Page 19

drug trafficking, inevitably you have tointerest in who should be the principal, whocan play the role of the lieutenant and finally the sellers at thesavage. Inevitably, you must establish thefunctioning of an organism, an organization. If wewants to dissect this criminal association,inevitably you have to know who could be part of it. ““Inevitably” therefore, in Bure and in the villagessurrounding, the daily life of dozens of peopleis scrutinized in every detail. The gendarmesquestion the managers of supermarketsto find out “in which shops theopponents supply themselves . ” They also questioninhabitants “for the purpose of precisely determining thehabits and places of life of opponents of the Cigeo projectmore radical ” . Pharmacist receives requisition forprovide prescriptions for clients who have purchased serumphysiological. The House of Resistance, home ofmovement, is wiretapped. In total 25searches take place. M e Muriel Ruef, one of the lawyersindicted, remarks that “many people havewere searched but not indicted. These actsintrusive are not committed for the purpose of a demonstrationof the truth. One has the impression that it is a real dossier ofintelligence with the garb of the judiciary. This folderis a kind of monster. There is permanent confusionbetween the organization of resistance to the project and theoffenses ” .


Page 20

<img src = ‘IMG / jpg / e_picerie_andra_.jpg’ width = ‘1200’height = ‘801’ alt = ” />The only local shop in Bure, the adjoining grocery store in Andra buildings.The privacy of activists is sifted through thepolice surveillance: letters rogatory at the cash registerfamily allowances, to the tax office, totemp agencies, to past and current employers, toPôle emploi, to banks that manage their accounts. The gendarmes know everything: the family benefits received, theRSA, family status, tax situation, income,bank transfers, personal purchases. Has antiCigeo surveillance gone too far? ” No,everything was done in compliance with the code of criminal procedure,a number of appeals from indicted persons before thecourt of appeal and the court of cassation have been validated , replies Olivier Glady. Several jurisdictions have considered the relevance of the elements that have been gathered against the various persons indicted and have not found nothing to complain about. I can’t tell you anything else


Page 21

that “the code, nothing but the code. “ But this use of the code criminal law really serve the general interest? The Human Rights League is concerned”  harassment  ” against opponentsto the project In Bure, the judicial climate for mass surveillance exceeds largely the framework of the instruction for association of criminals. Anti Cigeo activists, whether young residents of the House of Resistance or peasants of the corner, are regularly prosecuted before the correctional court of Bar-le-Duc: contempt and rebellion,violence against a person holding public authority, unarmed crowd, grouping to prepare violence, refusal of DNA fingerprints. In June 2019, the Human Rights League was worried about“Harassment” against opponents of the project, reinforced by the practice of countless identity checks on the roads near the Andra laboratory, numerous vehicle searches, as well as seen by gendarmes at any point.According to M e Matteo Bonaglia, one of the lawyers for the examination, “we observe an almost colonial network of territory, a diversion of judicial tools for the purpose of surveillance and obstruction of opponents of the project landfill of nuclear waste. It became almost impossible to fight and express opinions on the spot without being caught in the mesh of this net ” . Entry at adozen times, the Court of Appeal of the Chamber ofNancy’s instruction dismissed all of the appeals filed byindicted them, that they concern the restitution ofseals or judicial checks.Justice invades their most physical intimacy: three put inrefuse to have their DNA taken? Their sub-clothes are seized to extract their imprint 


Page 22

genetic. Briefs, panties and towelshygienic are photographed and sent to the experts,with particular attention to “brownish traces”who are deposited there, surrounded by a circle and designatedby an arrow on the pictures archived in the folderof instruction.If the refusal of DNA sampling is punishable by law, it ishowever, the police are prohibited from forcing hissampling, in particular by the introduction of a cotton swabin the mouth. According to case law, DNA can thenbe taken “from biological material whichnaturally detached from the body of the person concerned ” .Last December, when he has been interrogated for fourhours in police custody and specified that he does not acceptgive his DNA, one under investigation sees eight gendarmesdisembark in his cell at the time of his breaklawyer to order him to give … his sock,in order to take genetic information from it, as itimmediately understand. So it’s barefoot in his shoethat he will be brought before the judge that afternoon for hisfirst appearance examination.For the purposes of this survey, we requested thegeneral direction of the national gendarmerie, which did notwanted to answer our questions: “Being ajudicial information, investigations have been carried outunder the direction of a magistrate, who judged their characterproportionate and necessary. It is therefore difficult for us tocommunicate. “ Also contacted, the company ofgendarmes de Commercy did not return our call.Contacted by email, Kévin le Fur reacted for a few hourslater: “Unfortunately, I fear that I cannotanswer your questions due to the secrecy of the instructionapplicable to my investigations under the provisions of 


Page 23

Article 11 of the Code of Criminal Procedure. “ The Chancellery hasalso left our requests unanswered.At the end of April 2020, almost three years after its opening,the investigation is still ongoing. “A story ofa few more months “ , assures Olivier Glady, ” thiswill be shorter than it has already been . ” A trial forwill there be a criminal association one day? “At the endof these investigations, in any case when the investigating judgewill consider that the file will have to be closed, it will firstsend it to me so that the public prosecutor gives his opinion.This is the only answer I can give you. The Ministrypublic will make a final indictment, in which it will askthe judge either to refer this or that indicted for suchor such fact before the criminal court, either to order aor several dismissals with respect to such and such put inexam. “In the meantime, the file continues to fill. Even ifits scope has been reduced, according to our information, the cellBure is still in place.• The result of the joint investigation of Mediapart andReporterre be read here: The state spent a millio neuros against anti-nuclear drugs .HOW WE REALIZED THISINVESTIGATION• MethodTo quantify and quantify the extent of surveillancedeployed on anti-Cigeo activists, we useddata from the investigation file. 977 IMSI registered in Bar-le-Duc on February 13, 2018 and 51in Bure on February 14: we added the numbersof IMSI archived in the folder. 


Page 24

455 boxes and 455 SIM cards registered on March 2 and 32018 in Bure and Mandres-en-Barrois: the figures are inas such in the record. 765 requested telephone numbersidentity verification with operators oftelephony: we have added all the numbers havingis the subject of a technical letter rogatory (CRT)with telephone operators. At least 200 other requests concerning historiescalls, their places of issue, bank detailssubscription holders, PUK codes: we haveadded up all the numbers having been the subject of a CRTwith telephone operators. The equivalent of sixteen years of cumulative listening time:we have added the months of listening authorized by thejustice from July 2017 to November 2018, and readjusted the totalthe number of days actually listened to, based onPV of the gendarmes. This gives a total of 5,860 daysof plays, which we have divided by 360 = 16.2 yearsof listening. Over 85,000 intercepted conversations and messages:we have added the figures issued by thegendarmes in the summary reports oftelephone interceptions. At the end of each listening,judicial police officers specifies the number of“intercepted” conversations and specify “allcommunications have been listened to ” . They then note thenumber of conversations transcribed for the needs ofinvestigation. By adding their number, we arrive atfigure of 337.For the purposes of this survey, we metseveral lawyers involved in the case. We havealso met and discussed with several putexam. We got on the phone in April on


Page 25

prosecutor Olivier Glady. Requested, the investigating judge KévinLe Fur did not wish to answer our questions,invoking the “secrecy of the instruction applicable to [s] esinvestigations under the provisions of article 11 of thecode of criminal procedure “ . The President of the Chamberof the instruction of the Nancy Court of Appeal, MartineEscolano did not respond to our email requests. hesimilarly from the Paris Bar Association, theChancellery and General Directorate of the Gendarmerienational. However, these last two haveanswered on the employer contribution rates that wehave applied in our calculations for the following article.Finally, contacted by telephone, the gendarme in charge ofthe survey did not wish to answer our questions and wereferred to the Commercy brigade which did not respondto our requests.These articles are also fed by the manyreports already carried out in Bure by Reporterre andMediapart for several years.• Black boxThis article is the fruit of several months of investigation carried outin close collaboration between our two newspapers. Somefrom our sources, common to our two publications, weoffered to join us in order to share theinformation.Given the scope of the work to be carried out in thissprawling record and links between Reporterre andMediapart (gathered in particular within the Jiec (Journalist sfor the environment and the climate) , wewe decided to co-write and co-sign the articles ofthis survey, which therefore appear identically onour two sites.Reporterre journalist before working on itregularly, has for a period militated and lived in 


Page 26

Bure. He appears several times in the fileof instruction. To avoid confusion, he was required toaway from this journalistic investigation.Since you are here …… We have a favor to ask you. Crisisecological does not benefit from media coverage tothe height of its magnitude, its gravity, and its urgency.Reporterre’s mission is to inform and alerton this issue which, in our opinion, conditions all the otherschallenges in the twenty th century. For this, the newspaper produces eachday, thanks to a team of professional journalists,articles, reports and surveys related to theenvironmental and social crisis. Unlikenumerous media, Reporterre is completely independent:managed by a non-profit association, the newspaper has neitherowner or shareholder. Nobody tells us whatwe have to publish, and we’re insensitive topressures. Reporterre does not broadcast any advertising; so,we don’t have to please advertisers and wedo not encourage our readers to overconsumption. Thatallows us to be completely free of our editorial choices.All articles in the newspaper are open access, because weconsider that the information must be accessible to all,without means test. We do all of this becausewe believe that reliable and transparent information onthe environmental and social crisis is part of thesolution.So you probably understand why we are askingyour support. There have never been so many people to readReporterre, and more and more readers support thenewspaper, but our income is however not insured. Yeseveryone who reads and appreciates our articlescontribute financially, the life of the newspaper will 


Page 27

perpetuated. Even for 1 €, you can supportReport – and it only takes a minute. Thank you.SUPPORT REPORTERAlso read: Faced with repression, opposition to Bure seeks torenewSource: Marie Barbier (Reporterre) and Jade Lindgaard(Mediapart)Pictures :. Chapô: Gendarmes in Bar-le-Duc, February 5, 2019 (©Lorène Lavocat: Reporterre ). Le Bindeuil (© Jade Lindgaard / Mediapart ). Wind of Bure. Nearly 3,000 citizens demonstrated inNancy to say no to the excess of the Cigeo project in Bure.September 2019. © Franck Depretz / ReporterreÉtienne Ambroselli before the Bar-le-Duc court , June 252018. © Mathieu Génon / Reporterre. In Lejuc wood,November 2017 and sign. ©Roxanne Gauthier / ReporterreLocal shops in Bure . © Lorène Lavocat /ReporterreInfographics: © Sacha Pessin / Reporterre


TOUTE L’INFO
   Accueil > Editorial >Enquête >

1/3 – La justice a massivement surveillé les militants antinucléaires de Bure

Durée de lecture : 28 minutes27 avril 2020 / Marie Barbier (Reporterre) et Jade Lindgaard (Mediapart)

1/3 - La justice a massivement surveillé les militants antinucléaires de Bure

Des dizaines de personnes placées sur écoute, un millier de discussions retranscrites, plus de 85.000 conversations et messages interceptés, plus de 16 ans de temps cumulé de surveillance téléphonique : l’information judiciaire ouverte en juillet 2017 est une machine démesurée de renseignement sur le mouvement antinucléaire de ce village de la Meuse, selon les documents qu’ont consultés Reporterre et Mediapart.

Des visages pris dans une toile de flèches et de diagrammes. Sous chaque photo : date et lieu de naissance, surnom, organisation. Les individus sont regroupés en «clans», reliés à des lieux et à des cotes du dossier d’instruction. Certains visages sont grossis, d’autres réduits à la taille d’une tête d’épingle. Certaines personnes ont droit à une photo, d’autres apparaissent sous une forme de pictogramme – bleu pour les hommes, rose fuchsia pour les femmes.

Ce schéma a été réalisé par la cellule d’analyse criminelle Anacrim de la gendarmerie nationale. Son logiciel, Analyst’s notebook, permet de visualiser les liens entre des personnes via leurs numéros de téléphone, des lieux, des événements. Cette technique est habituellement utilisée pour résoudre des crimes particulièrement graves : elle a récemment ressorti l’affaire Grégory des ténèbres judiciaires, et est actuellement utilisée dans l’enquête sur le tueur multirécidiviste Nordahl Lelandais.

Le juge d’instruction Kévin le Fur y a eu recours pour décortiquer l’organisation du mouvement d’opposition à Cigéo, le centre d’enfouissement de déchets radioactifs prévu à côté du village de Bure, dans la Meuse. Prévu pour entrer en exploitation en 2035, c’est l’un des plus gros équipements industriels en projet aujourd’hui en France, et un chantier très sensible pour la filière nucléaire.

Le schéma Anacrim figure dans le dossier de l’information judiciaire pour association de malfaiteurs, où dix militants antinucléaires sont mis en examen pour divers motifs en lien avec des dégradations commises dans un hôtel et de l’organisation d’une manifestation non déclarée en août 2017. Soumis à un strict contrôle judiciaire, les mis en examen ont interdiction de se voir, de se parler et même de se trouver dans la même pièce.

Dans le dossier Bure, Anacrim a réalisé en tout quatorze schémas sur «le rôle et l’implication» des personnes poursuivies et les interactions entre les collectifs et les associations. Cette méthode marque l’instruction de son empreinte. Sept personnes, parmi les dix mises en examen, le sont pour association de malfaiteurs, mais 118 individus sont fichés dans l’organigramme des gendarmes versé au dossier d’instruction.Image du type de celles établies par un logiciel Anacrim représentant l’organisation du mouvement anti-Cigeo à Bure.

Dès les premiers jours de l’enquête, les gendarmes s’inquiètent des «desseins criminels» des militants mis en cause

Des dizaines de personnes placées sur écoute, plus d’un millier de discussions retranscrites, des dizaines de milliers de conversations et messages interceptés, plus de quinze ans de temps cumulé d’interception téléphonique : l’information judiciaire ouverte en juillet 2017 ressemble à une véritable machine de renseignement sur le mouvement antinucléaire de Bure, selon le dossier d’instruction qu’ont consultés Reporterre et Mediapart, et dont Libération avait dévoilé une partie du contenu en novembre 2018. Une enquête hors norme, extrêmement intrusive et focalisée sur la surveillance de militants politiques que la justice semble considérer comme des ennemis de la démocratie.

Quels faits ont déclenché l’autorisation d’un recueil aussi massif de données? Le 21 juin 2017 au petit matin, une trentaine de personnes approchent du laboratoire de l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra), chargée de créer le centre d’enfouissement des déchets radioactifs, et dressent un barrage de pneus et de planches enflammées à proximité, entre les villages de Bure et de Saudron. Puis «cinq à sept individus», selon les enquêteurs, visages dissimulés, se rendent au Bindeuil. Cet hôtel situé en pleine campagne, en face du laboratoire, est presque uniquement occupé par des gendarmes et des professionnels liés au projet d’enfouissement. Il est pour cette raison identifié par les militants comme un jalon de la nucléarisation de ce territoire. Au Bindeuil, le petit groupe brise des vitres de l’établissement, renverse des chaises sur la terrasse, et pénètre dans le bâtiment, alors que des clients et du personnel y dorment. Des verres et des bouteilles d’alcool sont brisés. Des hydrocarbures sont aspergés près de l’ascenseur et du comptoir, provoquant deux débuts d’incendie. Le petit groupe ressort au bout de cinq minutes. Le chef cuisinier du Bindeuil se précipite et éteint les flammes. Personne n’est blessé. Sur les douze clients présents à l’hôtel ce soir là, seuls trois portent plainte (dont deux sans se constituer partie civile), malgré les nombreuses relances des enquêteurs.Le Bindeuil, un hôtel situé en pleine campagne, en face du laboratoire de l’Andra.

Une information judiciaire, confiée à un juge d’instruction, est ouverte le 28 juillet 2017. Elle est élargie par la suite à des dégradations commises en février 2017 contre l’écothèque, une bibliothèque d’échantillons environnementaux créée par l’Andra près du laboratoire, ainsi qu’à l’organisation d’une manifestation non déclarée, le 15 août 2017, qui tourne à l’affrontement entre militants et forces de l’ordre. Des cocktails Molotov et des pierres volent. Des gendarmes sont blessés et un manifestant mutilé au pied par une grenade. Les mis en examen le sont pour des motifs différents les uns des autres : participation à un attroupement après sommation, participation à une association de malfaiteurs en vue de la préparation d’un délit puni de cinq ou dix ans d’emprisonnement, détention (ou complicité) en bande organisée de produit incendiaire, dégradation d’un bien d’autrui par un moyen dangereux, recel d’un bien provenant d’un vol aggravé, violence volontaire en réunion.

Dès les premiers jours de l’enquête, les gendarmes s’inquiètent des «desseins criminels» sans lien avec la «contestation légitime dans un État démocratique» des militants mis en cause. «Ces actions ne peuvent plus être considérées comme une contestation sociale et sociétale légitime» ni «comme une forme d’opposition démocratique», écrivent-ils dans un procès verbal, le 27 juillet 2017. Selon eux, «une partie des opposants choisissent délibérément une voie violente. Ils s’attaquent aux biens associés aux projets contestés, mais parfois aussi aux personnes travaillant pour le développement de ces installations industrielles et en même temps contre les forces de l’ordre». Aux yeux des enquêteurs, «des opposants se criminalisent».

Une partie des scellés est transmise au Bureau de lutte anti-terroriste, une unité de la gendarmerie chargée de la prévention et de la répression des actes de terrorisme.

La durée cumulée de temps passé à écouter les activistes est équivalente à… plus de seize années 

Pour prendre la mesure de la surveillance des militants de Bure et de leur entourage, Reporterre et Mediapart ont évalué les moyens déployés par la gendarmerie et la justice dans leur mission. Près de 765 numéros de téléphone ont fait l’objet de demandes de vérification d’identité auprès des opérateurs de téléphonie. Au moins 200 autres requêtes ont été faites pour connaître les historiques d’appels, leurs lieux d’émission, les coordonnées bancaires des titulaires d’abonnement, les codes PUK permettant de débloquer un téléphone quand on ne connaît pas son PIN.

Au total, 29 personnes et lieux ont été placés sur écoute. Deux militants ont été visés par ces interceptions pendant 330 jours, soit presque un an. Pour plusieurs autres mis en examen, cela dure près de huit mois. Le numéro de la «Legal team», le collectif d’assistance juridique des militants, a été surveillée pendant quatre mois. Le téléphone utilisé par les activistes se relayant sur l’une des barricades du bois Lejuc, alors en partie occupé pour empêcher les travaux préparatoires à Cigéo, a été écouté pendant près de neuf mois. Plusieurs personnes, finalement non poursuivies, ont eu leurs conversations interceptées pendant au moins quatre mois et pour l’un d’entre eux sur plusieurs appareils. Pour l’association Bure Zone Libre, domiciliée à la Maison de la résistance, le lieu de vie collectif et de réunions historiques des anti-Cigéo, les écoutes ont duré au moins un an. À la demande du juge d’instruction, les commissions rogatoires techniques se succèdent pour autoriser toujours plus de temps d’écoute.Une maison des opposants à Mandres, non loin de Bure, qui a aussi été perquisitionnée.

Selon Me Raphaël Kempf, l’un des avocats des mis en examen :

Écouter aussi longtemps, c’est bien la preuve qu’on n’est pas dans une procédure judiciaire pénale classique destinée à recueillir des éléments de preuve de la commission des délits, mais qu’on utilise les moyens du droit et de la procédure pénale dans le but de faire du renseignement, qui est de nature politique.»

Si l’on additionne toutes ces séquences, on obtient une durée cumulée de temps passé à écouter les activistes équivalente à plus de seize années! D’après les procès-verbaux, la plupart de ces personnes ont été écoutées en permanence par une équipe de gendarmes se relayant derrière leurs écrans. Au total, plus de 85.000 conversations et messages ont été interceptés, selon nos estimations. Et pas moins de 337 conversations ont été retranscrites sur procès-verbal, auxquelles s’ajoutent quelque 800 messages reproduits par le Centre technique d’assistance (CTA).Ces moyens sont-ils proportionnés aux délits poursuivis? Joint par Reporterre et Mediapart, Olivier Glady, procureur de la République de Bar-le-Duc répond : «Je ne peux pas répondre à ça. C’est un dossier qui fait une quinzaine de tomes. Vous avez des dossiers d’autres natures (trafic de véhicules ou de stupéfiants) qui sont à peu près équivalents, je ne suis pas sûr que la proportionnalité des investigations soit simplement à rapporter à un nombre tel que vous me le donnez.»Pendant ces innombrables heures passées à écouter les militants, les gendarmes ont pisté les indices, parfois infimes, des responsabilités des uns et des autres dans l’organisation de la contestation. Ce sont deux cultures qui, dans le huis clos d’une enquête judiciaire, semblent s’affronter à distance. D’un côté, les gendarmes. De l’autre, des antinucléaires, de culture libertaire, qui refusent la hiérarchie et les assignations formelles à des rôles. Inévitablement, la vision des gendarmes achoppe sur les pratiques spontanées et horizontales des habitués de la Maison de la résistance. Cette ancienne ferme de Bure a été achetée en 2004 par des militants antinucléaires pour créer un lieu de lutte. Elle est devenue un lieu de vie collectif où l’on vient dormir à l’occasion d’un rassemblement, se réunir, travailler, cuisiner, faire la fête.Les enquêteurs tentent de contrer le flou créé par cette auto-organisation en collant sur des actions décrites par les personnes écoutées des responsabilités spécifiques.Exemple, le 24 août à 17 h 59, F., placé sur écoute, déclare : «Pour les chèques faut demander à J.». Conclusion immédiate des gendarmes : «Rôle de J. comme trésorier».Autre exemple, l’une des mises en examen appelle «en moyenne la Maison de la résistance deux fois tous les trois jours»? Cela «montre son implication constante dans la vie de [l’association] Bure zone libre».Ou encore, le 14 septembre 2017, une militante demande à G. si elle peut mettre «des brochures en lien»«Ben oui complètement si vous voulez, mettez en lien les brochures, ouais»«L’interception de la ligne mobile a permis d’établir son accès en mode administrateur au site où il publie et édite des articles, parfois controversés», concluent les enquêteurs.À plusieurs reprises, les conversations de militants avec des journalistes sont retranscrites et considérées comme des éléments à charge. Le 22 août 2017, à 13h23, un journaliste de Canal Sud Toulouse appelle un militant qui se présente comme «John de Bure». Ce dernier raconte les événements du 21 juin au Bindeuil : «Une partie des gens se sont déterminées pour aller euh pour aller au restaurant. Qui… qui du coup a fait l’objet d’une action où des vitres ont été brisées et le restaurant a été envahi.»Analyse des gendarmes : le militant «revendique des méfaits»…Même scénario le 8 novembre 2018 : une journaliste japonaise appelle la Maison de la résistance, un militant lui raconte les faits de destruction par incendie du restaurant. Et les gendarmes de noter : M. «revendique les faits commis le 21 juin 2017 à l’Hôtel du Bindeuil». Il sera mis en examen avec cette conversation comme principal élément à charge.

Les coordonnées et noms de plusieurs journalistes (de l’Est Républicain, du Monde, de Reporterre et de Mediapart, notamment) couvrant le mouvement de Bure figurent dans le dossier d’instruction. Au moins neuf lignes téléphoniques, dont celle de l’avocat des antiCigéo, Étienne Ambroselli, depuis lui aussi mis en examen, font l’objet d’une demande de géolocalisation. Deux voitures de militants sont discrètement équipées d’une balise permettant de suivre leurs trajets en temps réel.Étienne Ambroselli et ses avocates devant le tribunal de Bar-le-Duc, lundi 25 juin 2018.

La messagerie Signal, une application qui permet de crypter les communications, est verrouillée par un mot de passe sur le téléphone d’une mise en examen? L’appareil — ainsi que six clefs USB et un ordinateur portable — est envoyé au Centre technique d’assistance (CTA), un organisme interministériel spécialisé dans le déchiffrage des données numériques. Les juges d’instruction y ont souvent recours pour les affaires de stupéfiants. Ses outils techniques et ses moyens sont couverts par le secret défense. Le CTA réussit à craquer le mot de passe de la militante et renvoie quelque 800 messages «mis au clair» aux enquêteurs. Ils sont aussitôt versés au dossier d’instruction.

Dans cette opération de surveillance, tout a été autorisé par la justice

Le 13 février 2018, selon les éléments consultés par Reporterre et Mediapart, à proximité du tribunal de Bar-le-Duc, des gendarmes ont caché pendant sept heures plusieurs IMSI-catchers, des appareils de surveillance qui récupèrent à distance les identifiants des cartes SIM (les «IMSI») dans les téléphones portables. Ils peuvent aussi intercepter les communications sans qu’aucun locuteur ne s’en aperçoive.

Ce jour-là, trois hommes passent en jugement pour des faits liés au mouvement d’opposition à Cigéo. Quelques dizaines de militants sont venus les soutenir sur la place pavée qui s’étend au pied du tribunal.

Pendant que Kévin le Fur préside l’audience — comme il est parfois d’usage dans ce petit tribunal —, pendant que les avocats plaident, que les accusés se défendent, que le procureur requiert, que dehors les épices infusent le vin chaud et que les sandwiches se préparent, 977 IMSI sont secrètement happés par la gendarmerie. Les capteurs, qui piègent les téléphones en se faisant passer pour des antennes-relais, ont été dissimulés sur le parking du Conseil départemental, tout proche, et en plusieurs endroits autour du tribunal. Près d’un millier de personnes viennent sans le savoir d’entrer dans «une base de données» de la gendarmerie.

Dans cette opération de surveillance, tout a été autorisé par la justice. Une commission rogatoire de recueil de données techniques a été délivrée par le juge d’instruction. Dans son ordonnance, Kévin le Fur justifie l’utilisation d’IMSI-catcher par les fréquents changements de téléphones et de numéros d’appel des militants : «Attendu qu’il résulte des investigations que les protagonistes mis en cause ont recours à différents appareils de communication électronique qui ne sauraient être appréhendés de manière exhaustive dans le cadre de réquisitions auprès des opérateurs téléphoniques, notamment au regard de la mobilité des différents mis en cause et du recours croissant à des lignes téléphoniques ad hoc».

Le lendemain matin, l’opération d’espionnage reprend dès 6 h 15 à proximité de la Maison de la résistance, le QG des antiCigéo, à Bure, où certains ont passé la nuit. Le but est «d’intercepter les données techniques des opposants à Cigéo» selon un procès-verbal. Cette fois-ci, les gendarmes récoltent 51 IMSI. Sur les 1.028 IMSIinterceptés en deux jours, seuls cinq numéros sont formellement identifiés par les gendarmes. Les 1.025 autres identifiants téléphoniques rejoignent le pantagruélique dossier d’instruction.

Un mois plus tard, les gendarmes partent de nouveau à la chasse aux identifiants téléphoniques, cette fois-ci à Mandres-en-Barrois et à Bure, où doit se tenir une rencontre antinucléaire. Les 2 et 3 mars 2018, un appareil IMSI-catcher est utilisé pour enregistrer les identifiants téléphoniques des personnes présentes. Cette fois-ci, le juge d’instruction dans son ordonnance estime nécessaire de «préciser les relations entre les différents protagonistes». Pas moins de 455 boîtiers et 455 cartes SIM sont enregistrées sans pour autant avoir été localisées sur les faits incriminés, comme le reconnaissent les enquêteurs eux-mêmes, dans un procès-verbal consulté par Mediapart et Reporterre. Seules huit cartes SIM sont identifiées en lien avec l’incendie du Bindeuil.

L’officier de police judiciaire qui rédige le procès-verbal d’investigation précise que «les lignes téléphoniques ayant fait l’objet d’une captation, mais n’ayant aucun lien avec les faits de la présente instruction, feront l’objet d’une exploitation ultérieure». L’instruction pour association de malfaiteurs de Bure est-elle devenue une entreprise de renseignement sur un mouvement politique? «Je n’ai pas d’observations à formuler sur ce qui pourrait être périphérique, réagit le procureur Olivier Glady. Les renseignements, tout ce qui est écouté, est disponible dans la procédure pour les avocats, en particulier de ceux qui ont été placés sur écoute.»

Pourtant le «périphérique» fait l’objet d’une attention particulière de la part du procureur de Bar-le-Duc. Le 12 octobre 2017, après l’ouverture de l’information judiciaire, il transmet des coordonnées téléphoniques collectées dans le cadre de la procédure Bure à la direction générale de la gendarmerie. Une cellule de coordination nationale intitulée CNC-LEX a été mise en place «au regard de la survenance de divers faits sur le territoire», comme le résume le chef de la cellule Bure, qui regroupe depuis au moins 2016 des gendarmes enquêtant sur les opposants à Cigéo.

Dans le cadre d’une commission rogatoire délivrée par Kévin le Fur, 38 numéros — dont certains happés par les IMSI-catchers à Bure — sont confrontés à d’autres identifiants téléphoniques récupérés par les gendarmes dans d’autres procédures «dont la nature des faits ou le mode opératoire est similaire», explique l’officier de police judiciaire en charge de la comparaison des données : incendie d’une caserne de gendarmes à Limoges, d’une antenne-relais dans le Puy-de-Dôme, d’un véhicule à Gaillac, destruction d’un bien à Grenoble… L’objectif est «d’établir des éventuels liens entre les faits de Bure et les autres faits énumérés ci-dessus», précise un enquêteur.

À Bure et dans les villages environnants, la vie quotidienne de dizaines de personnes est scrutée dans ses moindres détails

Les patrouilles de gendarmes sont incessantes à Bure et dans ses alentours. Ici, en mai 2019.

Deux numéros de téléphone sont extraits du lot car partageant un «correspondant»commun à deux actes en cours d’instruction. Les magistrats en charge de ces affaires instruites dans le cadre d’autres informations judiciaires sans lien apparent avec Bure, autorisent la mise en œuvre de logiciels de rapprochement judiciaire et le recours au logiciel de schémas relationnels Anacrim, afin de rechercher des «liens interprocéduraux». Résultat : «de nombreux liens sont constatés» entre les opposants à Cigéo, «les membres identifiés de la zone à défendre» — nous sommes quinze jours avant l’évacuation de la Zad de Notre-Dame-des-Landes — et la Maison de la résistance.

Le 27 mars 2018, Olivier Glady accepte, à la demande de Kévin le Fur, de transmettre le dossier d’instruction de Bure à la commission spéciale Black Bloc («Soko Schwarzer Block») de la police de Hambourg, qui enquête sur les dégradations commises en juillet 2017 lors de l’anti-G20. «Les investigations entreprises par les autorités allemandes ont permis d’identifier que parmi les casseurs étaient présents des opposants au projet Cigéo» note un officier de police judiciaire de la cellule Bure. Un mis en examen et sa compagne ont été photographiées dans une rue de la ville portuaire. Lors de sa garde à vue, il a la surprise de voir des policiers allemands venir lui poser des questions pour leur propre enquête sur les actions contre le G20 en 2017.

Les mois d’écoutes continues, les schémas Anacrim et la constitution de base de données de numéros de téléphone servent-ils à élucider les faits poursuivis? 
«Un certain nombre des infractions qui sont visées dans la saisine du juge d’instruction, notamment l’association de malfaiteurs, exigent dans l’élucidation éventuelle de la caractérisation de cette infraction, que soient mises en relief les relations qui existent entre les uns et les autres, répond Olivier Glady. Au même titre que lorsque vous démantelez un trafic de stupéfiants, inévitablement il faut que vous vous intéressiez à celui qui doit être le donneur d’ordres, celui qui peut jouer le rôle du lieutenant et enfin les vendeurs à la sauvette. Inéluctablement, vous devez établir le fonctionnement d’un organisme, d’une organisation. Si on veut disséquer cette association de malfaiteurs, inéluctablement il faut savoir qui pouvait en faire partie.»

«Inévitablement» donc, à Bure et dans les villages environnants, la vie quotidienne de dizaines de personnes est scrutée dans ses moindres détails. Les gendarmes interrogent les responsables des grandes surfaces environnantes pour savoir «dans quels commerces les opposants se fournissent». Ils questionnent aussi les habitants «aux fins de déterminer précisément les habitudes et lieux de vie des opposants au projet Cigéo les plus radicaux». Un pharmacien reçoit une réquisition pour fournir l’ordonnance de clients ayant acheté du sérum physiologique. La Maison de la résistance, foyer du mouvement, est placée sur écoute téléphonique. Au total 25 perquisitions ont lieu. Me Muriel Ruef, l’une des avocates des mis en examen, remarque que «beaucoup de gens ont été perquisitionnés mais pas mis en examen. Ces actes intrusifs ne sont pas commis dans le but d’une manifestation de la vérité. On a l’impression que c’est un vrai dossier de renseignement avec les oripeaux du judiciaire. Ce dossier est une sorte de monstre. Il y a une confusion permanente entre l’organisation de la résistance au projet et les infractions».Seul commerce de proximité à Bure, l’épicerie mitoyenne des bâtiments de l’Andra.

La vie privée des militants est passée au tamis de la surveillance policière : commissions rogatoires à la caisse d’allocations familiales, à la direction des impôts, aux agences d’intérim, aux employeurs passés et actuels, à Pôle emploi, aux banques qui gèrent leurs comptes. Les gendarmes savent tout : les prestations familiales reçues, le RSA, la situation de famille, la situation fiscale, le revenu, les virements bancaires, les achats personnels.

La surveillance des antiCigéo est-elle allée trop loin? «Non, tout a été fait dans le respect du code de procédure pénale, un certain nombre de recours des mis en examen devant la cour d’appel et la cour de cassation ont été validés, répond Olivier Glady. Plusieurs instances juridictionnelles se sont penchées sur la pertinence des éléments qui ont été réunis contre les différentes personnes mises en examen et n’ont rien trouvé à y redire. Je ne peux pas vous dire autre chose que «le code, rien que le code.» Mais cet usage du code pénal sert-il réellement l’intérêt général?

La Ligue des droits de l’Homme s’est inquiétée d’un «harcèlement» à l’encontre des opposants au projet

À Bure, le climat judiciaire de surveillance massive dépasse largement le cadre de l’instruction pour association de malfaiteurs. Des militants antiCigéo, qu’ils soient de jeunes habitants de la Maison de la résistance ou des paysans du coin, font régulièrement l’objet de poursuites devant le tribunal correctionnel de Bar-le-Duc : outrages et rébellions, violences contre personne dépositaire de l’autorité publique, attroupement non armé, groupement en vue de préparer des violences, refus de relevés d’empreintes génétiques. En juin 2019, la Ligue des droits de l’Homme s’inquiétait d’un «harcèlement» à l’encontre des opposants au projet, renforcé par la pratique d’innombrable contrôles d’identité sur les routes à proximité du laboratoire de l’Andra, de nombreuses fouilles de véhicules, ainsi que de prises de vue par des gendarmes à tout propos.

Selon Me Matteo Bonaglia, l’un des avocats des mis en examen, «on observe un maillage quasi colonial du territoire, un dévoiement des outils judiciaires à des fins de surveillance et d’entrave des opposants au projet d’enfouissement des déchets nucléaires. Il est devenu quasi impossible de lutter et d’exprimer ses opinions sur place sans être pris dans les mailles de ce filet». Saisie à une douzaine de reprises, la cour d’appel de la chambre de l’instruction de Nancy a rejeté tous les recours déposés par les mis en examen, qu’ils concernent la restitution de scellés ou les contrôles judiciaires.

La justice envahit leur intimité la plus physique : trois mis en examen refusent le prélèvement de leur ADN? Leurs sous-vêtements sont saisis pour en extraire leur empreinte génétique. Un caleçon, des culottes et des serviettes hygiéniques sont photographiées et envoyées aux experts, avec une attention particulière pour «les traces brunâtres» qui s’y sont déposées, entourées d’un cercle et désignées par une flèche sur les clichés archivés dans le dossier d’instruction.

Si le refus de prélèvement ADN est puni par la loi, il est cependant interdit aux forces de l’ordre de forcer son prélèvement, notamment par l’introduction d’un coton tige dans la bouche. Selon la jurisprudence, l’ADN peut alors être prélevé «à partir de matériel biologique qui se serait naturellement détaché du corps de l’intéressé».

En décembre dernier, alors qu’il est interrogé depuis quatre heures en garde-à-vue et a spécifié qu’il n’accepte pas de donner son ADN, un mis en examen voit huit gendarmes débarquer dans sa cellule au moment de la pause de son avocat pour lui intimer l’ordre de donner…. sa chaussette, afin d’y prélever ses informations génétiques, comme il le comprend aussitôt. C’est donc pied nu dans sa chaussure qu’il sera conduit l’après-midi même devant le juge pour son interrogatoire de première comparution.

Pour les besoins de cette enquête, nous avons sollicité la direction générale de la gendarmerie nationale, qui n’a pas souhaité répondre à nos questions : «S’agissant d’une information judiciaire, les investigations ont été conduites sous la direction d’un magistrat, qui a jugé de leur caractère proportionné et nécessaire. Il nous est ainsi difficile de communiquer.» Également contactée, la compagnie de gendarmes de Commercy n’a pas retourné notre appel.

Contacté par courriel, Kévin le Fur a réagi quelques heures plus tard : «Je crains malheureusement de ne pas pouvoir répondre à vos questions en raison du secret de l’instruction applicable à mes investigations en vertu des dispositions de l’article 11 du code de procédure pénale.» La chancellerie a également laissé nos demandes sans réponse.

Fin avril 2020, presque trois ans après son ouverture, l’instruction est toujours en cours. «Une histoire de quelques mois» supplémentaires, assure Olivier Glady, «ce sera moins long que cela ne l’a déjà été». Un procès pour association de malfaiteurs aura-t-il lieu un jour? «À l’issue de ces investigations, en tout cas quand le juge d’instruction considérera que le dossier devra être clôturé, il va d’abord me l’envoyer pour que le ministère public donne son avis. C’est la seule réponse que je peux vous faire. Le ministère public fera un réquisitoire définitif, dans lequel il demandera au juge soit de renvoyer tel ou tel mis en examen pour tel ou tel fait devant le tribunal correctionnel, soit d’ordonner un ou plusieurs non-lieux à l’égard de tel ou tel mis en examen.»

En attendant, le dossier continue de se remplir. Même si son périmètre a été réduit, selon nos informations, la cellule Bure est toujours en place.


COMMENT NOUS AVONS RÉALISÉ CETTE ENQUÊTE

• Méthode

Pour quantifier et chiffrer l’ampleur de la surveillance déployée sur les militants anti-Cigéo, nous avons utilisé des données issues du dossier d’instruction. 
- 977 IMSI enregistrés à Bar-le-Duc le 13 février 2018 et 51 à Bure le 14 février : nous avons additionné les numéros d’IMSI archivés dans le dossier. 
- 455 boîtiers et 455 cartes SIM enregistrés les 2 et 3 mars 2018 à Bure et Mandres-en-Barrois : les chiffres figurent en tant que tels dans le dossier. 
- 765 numéros de téléphone ayant fait l’objet de demandes de vérification d’identité auprès des opérateurs de téléphonie : nous avons additionné tous les numéros ayant fait l’objet d’une commission rogatoire technique (CRT) auprès des opérateurs de téléphonie. 
- Au moins 200 autres requêtes concernant des historiques d’appels, leurs lieux d’émission, les coordonnées bancaires des titulaires d’abonnement, les codes PUK : nous avons additionné tous les numéros ayant fait l’objet d’une CRT auprès des opérateurs de téléphonie. 
- L’équivalent de seize années de temps cumulé d’écoutes : nous avons additionné les mois d’écoutes autorisés par la justice de juillet 2017 à novembre 2018, et réajusté le total au nombre de jours effectivement écoutés, sur la base des PV des gendarmes. Cela donne un total de 5.860 jours d’écoutes, que nous avons divisé par 360 = 16,2 années d’écoutes. 
- Plus de 85.000 conversations et messages interceptés : nous avons additionné les chiffres délivrés par les gendarmes dans les procès verbaux de synthèse des interceptions téléphoniques. À la clôture de chaque écoute, les officiers de police judiciaire précise le nombre de conversations «interceptées» et précisent «toutes les communications ont été écoutées». Ils notent ensuite le nombre de conversations retranscrites pour les besoins de l’enquête. En additionnant leur nombre, nous arrivons au chiffre de 337.

Pour les besoins de cette enquête, nous avons rencontré plusieurs avocats impliqués dans le dossier. Nous avons également rencontré et discuté avec plusieurs mis en examen. Nous avons eu par téléphone au mois d’avril le procureur Olivier Glady. Sollicité, le juge d’instruction Kévin Le Fur n’a pas souhaité répondre à nos questions, invoquant le «secret de l’instruction applicable à [s]es investigations en vertu des dispositions de l’article 11 du code de procédure pénale». La présidente de la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Nancy, Martine Escolano n’a pas répondu à nos sollicitations par courriel. Il en de même de l’ordre des avocats de Paris, de la Chancellerie et de la Direction générale de la gendarmerie nationale. En revanche, ces deux dernières nous ont répondu sur les taux de cotisation employeur que nous avons appliqués dans nos calculs pour l’article suivant. Enfin, contacté par téléphone, le gendarme en charge de l’enquête n’a pas souhaité répondre à nos questions et nous a orienté vers la brigade de Commercy qui n’a pas répondu à nos sollicitations.

Ces articles sont par ailleurs nourris des nombreux reportages déjà effectués à Bure par Reporterre et Mediapart depuis plusieurs années.

• Boîte noire

Cet article est le fruit de plusieurs mois d’enquête réalisée en étroite collaboration entre nos deux journaux. Certaines de nos sources, communes à nos deux publications, nous ont proposé de nous associer, afin de partager les informations.

Compte tenu de l’ampleur du travail à mener dans ce dossier tentaculaire et des liens entre Reporterre et Mediapart (réunis notamment au sein du Jiec (Journalistes d’investigation pour l’environnement et le climat), nous avons décidé de co-écrire et de co-signer les articles de cette enquête, qui apparaissent donc de façon identique sur nos deux sites.

Un journaliste de Reporterre, avant d’y travailler régulièrement, a pendant une période milité et habité à Bure. Il apparaît à plusieurs reprises dans le dossier d’instruction. Pour éviter toute confusion, il a été tenu à l’écart de cette enquête journalistique.

Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.SOUTENIR REPORTERRE


Lire aussi : Face à la répression, l’opposition à Bure cherche à se renouveler


Source : Marie Barbier (Reporterre) et Jade Lindgaard (Mediapart)

Photos :
. Chapô : Gendarmes à Bar-le-Duc, 5 février 2019 (© Lorène Lavocat :Reporterre)
. Le Bindeuil (© Jade Lindgaard/Mediapart)
. Vent de Bure. Près de 3.000 citoyens ont manifesté à Nancy pour dire non à la démesure du projet Cigéo à Bure. Septembre 2019. © Franck Depretz / Reporterre
Étienne Ambroselli devant le tribunal de Bar-le-Duc, 25 juin 2018. © Mathieu Génon/Reporterre
. Dans le bois Lejuc, novembre 2017 et panneau. © Roxanne Gauthier/Reporterre 
Commerce de proximité à Bure. © Lorène Lavocat/Reporterre

Infographies : © Sacha Pessin/Reporterre

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s